Le centre d'information sur les hydrocarbures non conventionnels

Plateforme d'information et de documentation
du Centre hydrocarbures non conventionnels

La Chine poursuit ses projets de développement de gaz de schiste

Les ressources potentielles de la Chine en gaz de schiste sont considérées très importantes, supérieures à celles des Etats Unis selon l’Agence Américaine d’Information sur l’Energie (EIA), et principalement localisées dans le bassin du Sichuan et dans le Nord-Ouest du pays.

La situation du bassin du Sichuan est considérée comme la plus favorable, avec la présence de ressources en eau et d’infrastructures, mais aussi la proximité des marchés gaziers.

Le gouvernement chinois encourage le développement du gaz de schiste, principalement destiné à la production électrique du pays en substitution au charbon. Ce développement s’inscrit dans la stratégie énergétique du pays marquée notamment par des préoccupations environnementales liées à l’utilisation jusqu’à présent massive du charbon et la nécessité de lutter contre le changement climatique par la réduction des  émissions  de  CO2.

Ces cinq dernières années, plus de 600 puits de gaz de schiste ont été forés et la production nationale de gaz de schiste était en 2015 de l’ordre de 5 Gm3/an, dans le bassin du Sichuan.

Les objectifs officiels d’augmentation de production sont ambitieux et les compagnies nationales chinoises sont très impliquées : Sinopec en premier lieu, mais également CNPC, qui a annoncé l’ouverture de partenariats avec la compagnie pétrolière internationale BP.

Une illustration des efforts chinois est le développement dans la région de Fuling : démarrée en 2013, la production devrait atteindre dès cette année le niveau de 5 Gm3/an, et dépasser 7 Gm3/an en 2017 voire 10 Gm3/an en 2020, selon les annonces de Sinopec.

La vision d’un développement très important du gaz de schiste chinois est partagée par l’EIA, qui a estimé que la Chine serait en 2040 le second producteur de gaz de schiste au monde, derrière les Etats Unis, avec une production de plus de 200 Gm3/an.  


Point sur les activités de forage aux USA à mi-décembre 2016

A la mi-décembre 2016, on compte 498 appareils de forage en activité pour le pétrole et 125 pour le gaz naturel aux Etats-Unis.

Pour le pétrole : on note une reprise sensible de l’activité de forage depuis quelques mois. Il y a actuellement 180 appareils de plus en activité par rapport au niveau le plus bas atteint en mai 2016.

Cette reprise de l’activité de forage s’est traduite par une inflexion de la production américaine de pétrole depuis le mois de juillet 2016, où le niveau le plus bas a été observé à 8,4 Mb/j.

Depuis cet été, la production totale américaine de pétrole s'est stabilisée autour de 8,6 Mb/j, mais reste inférieure de plus de 0.9 Mb/j au pic atteint de l'été 2015. La production de pétrole de schiste représente plus de la moitié de la production totale américaine et s'établit actuellement à 4,5 Mb/j. Elle compte pour 5% environ de la production mondiale de pétrole.

Fin novembre, l'OPEP a conclu un accord visant à limiter sa production globale de pétrole brut à un niveau de 32,5 millions de barils par jour (Mb/j) à partir du 1er janvier 2017. Si cet accord est effectivement mis en place et respecté et conduit à un redressement du cours du baril, le nombre d'appareils de forage en activité aux Etats-Unis pourrait continuer à croître et la production de pétrole pourrait alors amorcer une augmentation significative dès 2017.    

► Pour le gaz : en baisse depuis plusieurs années jusqu'au point bas de l’été 2016, où seulement 81 appareils étaient en activité, l’activité de forage reprend progressivement, alors que le prix du gaz (prix spot Henry Hub) remonte cet hiver au-dessus de 3 $/MBtu.

Ce regain d’activité renforcera les productions, qui se sont maintenues pendant l'année 2016 à des niveaux élevés, environ 90 Bcf/j de production brute (équivalent à 900 Gm3/an).

La production de gaz de schiste représente plus de la moitié de la production totale américaine et s'établit à 470 Gm3/an. Elle compte pour près de 13 % de la production mondiale de gaz naturel.


Adoption d’une nouvelle législation sur la fracturation hydraulique en Allemagne

Après plusieurs années de discussions, le Parlement fédéral allemand a adopté le 24 juin une nouvelle loi sur la fracturation hydraulique. D’une part, cette loi interdit pendant 5 ans l’usage de cette technique pour la production commerciale de pétrole de schiste ou de gaz de schiste. D’autre part, elle prévoit jusqu’à quatre projets d’expérimentation à des fins scientifiques dans les formations de schistes. Soumis à l’approbation du Land concerné, ces puits-tests de production avec fracturation hydraulique permettront de parfaire les connaissances sur ce procédé et d’étudier ses effets, en particulier sur le sous-sol et les ressources en eau. 

► Lire le décryptage du CHNC


Une fracturation hydraulique autorisée dans le nord-est du Royaume-Uni

Le 23 mai dernier, le conseil du comté du North Yorkshire a autorisé la société Third Energy à utiliser la fracturation hydraulique pour rechercher du gaz de schiste. Cette autorisation, qui porte sur un site de forage localisé près du village de Kirby Misperton, concerne un puits, qui a déjà été foré en 2013.

Le conseil du comté de North Yorkshire s'est dit « conscient qu'il s'agit d'une proposition controversée » mais que celle-ci s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale. La production domestique de gaz est un enjeu clé de la sécurité énergétique, qui participe à la réduction des émissions de gaz à effet de serre par le remplacement progressif du charbon par du gaz naturel pour satisfaire aux besoins de production électrique du pays. Il a également souligné que le projet pouvait contribuer "à la croissance économique" et "fournir des emplois" à la région.

Le gouvernement britannique encourage en effet l’exploration de gaz de schiste, y voyant une source potentielle d'énergie compétitive et locale à l'heure du déclin de la production d’hydrocarbures en mer du Nord. Près d’une centaine de permis  d’exploration  et  de  développement  d’hydrocarbures ont d’ailleurs été accordés en décembre 2015.

Communiqué du Conseil du Comté de North Yorkshire
Document d’information du gouvernement britannique
Lien vers la fiche pays Royaume-Uni

 


Précisions du CHNC sur le rapport USGS

Le bureau géologique américain (l’USGS) a publié ses prévisions d’occurrence d’évènements sismiques pour l’année 2016, sur les régions du centre et de l’Est des USA. Cet exercice tient compte à la fois de la sismicité naturelle, et de la sismicité induite par des activités humaines.

Suite au rapport de l’USGS (US Geological Survey) sur les risques de sismicité dans certaines régions des Etats-Unis, le CHNC apporte des précisions.

Lire les précisions du CHNC

► Lire l'étude de l'USGS


Gaz non conventionnel, un phénomène global

Le Conseil Mondial de l'Energie a publié en février 2016, une nouvelle étude sur le gaz non conventionnel .

Lire le résumé (fr)

► Lire l'étude (en)


Panorama énergétique mondial 2016 de l’IFPEN

L'Institut Français du Pétrole Energies Nouvelles (IPFEN) a présenté le 11 février son Panorama 2016, qui fait le point sur les enjeux énergétiques et les perspectives technologiques et économiques en réponse aux défis environnementaux, à l'évolution des besoins du mix énergétique liés à la mobilité, à l'exploitation de nouvelles ressources fossiles et à l'évolution des zones de consommation.

A cette occasion ont été publiées des notes de synthèse : 

Extraits sur les tendances de la production de gaz de schiste :

" À l’image des années précédentes, la production gazière mondiale est tirée par la production de gaz de schiste aux États-Unis, en particulier celle des bassins de Marcellus et d’Utica, où l’amélioration de la productivité et de l’efficacité des puits compense la baisse des rig count et le déclin des puits historiques. En 2015, la production américaine devrait enregistrer une croissance très significative de l’ordre de 6 % et la part des gaz de schiste dans le volume total passerait de 52% en 2014 à 56% en 2015. La croissance de la production des gaz de schiste a commencé à se ralentir durant les derniers mois de l’année dans un contexte de prix très bas. "

Par ailleurs, l'IFPEN rappelle que dans " son dernier plan quinquennal, adopté en octobre 2015, la Chine prévoit explicitement de remplacer le charbon par des énergies plus propres en favorisant, entre autres, l’exploitation du gaz naturel, dont le gaz de schiste."

Extraits sur les prévisions de production de pétrole de schiste :

" L’EIA anticipe un recul de la production d'huile de schiste aux Etats-Unis de 0,5 Mb/j dès 2016, compensé en partie par les LGN à hauteur de 0,3 Mb/j . Des simulations réalisées par IFPEN permettent d’envisager un déclin plus marqué de 1,1 Mb/j pour les LTO [light tight oil], soit 0,8 Mb/j en tenant compte de l’effet LGN."

Néanmoins, " la levée de l’interdiction (des USA) d’exporter du pétrole brut, votée le 18 décembre 2015, facilitera la fluidité du marché intérieur américain et pourrait aussi favoriser une exploitation plus intense des LTO." 


Point sur la sismicité en Oklahoma

L’Oklahoma a recensé une augmentation de la fréquence des secousses sismiques sur son territoire ces dernières années. Dans un communiqué d’avril 2015, la Commission géologique de l’Oklahoma (OGS) confirme que « la source principale de cette sismicité induite ne proviendrait pas de la fracturation hydraulique mais de l’injection ou l’évacuation d’eau associée à la production de pétrole et de gaz », pratique autorisée dans cet Etat. 

Lire le point sur la sismicité publié le 10 février 2016


Entretien avec Jean-Louis Schilansky dans la revue L'Hydrocarbure

Publié dans la revue L'Hydrocarbure n° 261, octobre 2015

(IFP School / ENSPM Alumni Association)

Jean-Louis Schilansky, président du CHNC, présente sa vision sur le développement et l'avenir des hydrocarbures non conventionnels en Argentine : "Ce pays possède d'importantes ressources de ce type et est un des premiers à se lancer de façon active dans l'exploitation des gaz de schiste".

► Télécharger l'entretien 

► Site Internet de l'IFP School


Le gouvernement britannique réaffirme ses ambitions d’explorer son potentiel de gaz de schiste

La ministre à l'Énergie et au Changement climatique (DECC) a déclaré que le pays « encourage les investissements sur le gaz de schiste pour développer de nouvelles sources d’approvisionnement domestique ». En complément, le ministre des Finances a annoncé l’engagement du gouvernement à allouer une partie des recettes fiscales futures liées au développement du gaz de schiste à un Fonds « hydrocarbures de schiste » (Shale Wealth Fund). Ces ressources financières, dont le montant pourrait atteindre £ 1 milliard, seront destinées aux localités et régions de production Par ailleurs, suite aux recours déposés par l’opérateur Cuadrilla au sujet des autorisations de forage et fracturation dans le Lancashire, le ministre des communautés et du gouvernement local a confirmé que la décision relève directement de sa compétence, car l’enjeu est national au-delà du local.

 


Previous estimates of methane leakage in shale gas production have been seriously over-estimated

Le "Center for Policies Studies" américain a publié une étude de Mrs E. Muller et M. R.A. Muller, scientifiques et climatologues réputés de Berkeley (fondateurs de Berkeley Earth) , qui montre que l'usage du gaz pour la génération électrique est bénéfique en terme d'émission de gaz à effet de serre, comparé à l'usage du charbon. Le niveau des fuites de méthane à la production de gaz est bien inférieur au niveau qui occasionnerait la perte de l'avantage climatique du gaz. En outre, si l'on considère les effets de serre sur une longue période, 100 ans par exemple, cet avantage du gaz est considérablement accru car la durée de vie du méthane dans l'atmosphère est nettement plus courte que celle du dioxyde de carbone.  Cette étude se démarque donc de celle de R. Howarth en 2011 qui avait considéré des pourcentages de fuite de méthane très élevés, irréalistes selon le Center for Policies Studies.

Communiqué de presse 


Atelier sur les gaz et pétrole de schiste

Le 27 novembre 2015, l’AFG organise, via sa filière Compétence et Formations (CFAFG), une journée de formation sur les gaz et pétrole de schiste.

Alexandre Andlauer, analyste marché de l’énergie et spécialiste des gaz et pétroles de schiste, y présentera les mécanismes financiers, les impacts sur les marchés de l’énergie et les impacts géopolitiques liés à l’exploitation de ces nouvelles ressources.

Pour s’inscrire et accéder au programme de la formation, cliquer ici (site Internet du CFAFG).‎


Journées Annuelles des Hydrocarbures – 21 et 22 octobre 2015

Les 21 et 22 octobre derniers, le GEP-AFTP a organisé les Journées Annuelles des Hydrocarbures, qui ont réuni les acteurs des industries pétrolières et gazières et du parapétrolier en France.

Dans un contexte énergétique en pleine évolution et, à l’approche de la COP 21, les intervenants ont échangé sur le thème :                                       « Les Hydrocarbures : Partie prenante de la Transition Energétique ».

Un atelier a été dédié plus particulièrement aux hydrocarbures non conventionnels.

 

Le Président du CHNC, Jean-Louis Schilansky, y a participé, aux côtés de Marie-Claire Aoun (IFRI), Philippe Charlez (TOTAL) et Jean-Marie Chevalier (Université Paris-Dauphine). Après une analyse des enjeux du pétrole et du gaz de schiste et de la situation actuelle dans différents pays, il a dressé un panorama des grandes tendances dans le monde.

Pour connaitre le programme complet des JAH 2015, cliquer ici.


Développement du pétrole de schiste et impact sur les prix

Analyse de Jean-Louis Schilansky sur France info et France inter

5 août 2015

Dans un contexte de baisse des prix du pétrole, Jean-Louis Schilansky, président du Centre hydrocarbures non conventionnels, était invité à s'exprimer sur France info et France inter.

Depuis plusieurs mois, le prix des carburants diminuent. Plusieurs facteurs sont à l'origine de cette baisse et "la production de pétrole de schiste américain en est la cause principale".

Ecouter son intervention sur le site Internet de France info.

Ecouter son intervention dans l'émission du 7/9 de France inter à 7h33.


Décision du Conseil constitutionnel

En France, la loi du 13 juillet 2011 interdit l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures non conventionnels - dont le pétrole et le gaz de schiste - par des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche.

Elle prévoit dans son article 2, la mise en place d'une "Commission nationale d'orientation, de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation" de ces hydrocarbures, qui a notamment pour objectifs d'évaluer les risques environnementaux liés aux techniques de fracturation hydraulique ou aux techniques alternatives et d'émettre un avis public sur les expérimentations, réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public.

Saisi par le Premier ministre, le Conseil constitutionnel a rendu le 21 juillet 2015 une décision sur la nature juridique des dispositions de cet article.

Le Conseil constitutionnel a considéré l’article 7 de la Charte de l’environnement, selon lequel toute personne a le droit d’accéder aux informations relatives à l’environnement et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement.

Sur cette base, le Conseil constitutionnel a confirmé que les trois premiers alinéas de l’article 2 de la loi du 13 juillet 2011, relatifs à la création et à l'objet de la Commission d'évaluation, ont un caractère législatif, alors que le 4ème alinéa, relatif à sa composition, a un caractère règlementaire.

Plus de quatre ans après la promulgation de la loi, la Commission d'évaluation n'a toutefois toujours pas vu le jour, alors que des bouleversements majeurs sont intervenus sur la scène énergétique mondiale du fait du développement du pétrole et du gaz de schiste.

Pour le Centre hydrocarbures non conventionnels, la mise en place de cette Commission permettrait de mieux faire comprendre et de faire connaître les techniques employées pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, leurs  évolutions au cours des années récentes ainsi que leurs perspectives d’amélioration pour les années à venir.

Pour en savoir plus :

Loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 visant à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique.

Décision du Conseil Constitutionnel n° 2015‑256 L du 21 juillet 2015, publiée au JORF n°0169 du 24 juillet 2015.

Décret n° 2012-385 du 21 mars 2012 relatif à la Commission nationale d'orientation, de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux, publié au JORF n°0070 du 22 mars 2012.                                              
                     

Dossier technique sur la fracturation hydraulique.


Enhanced EPA Oversight and Action Can Further Protect Water Resources From the Potential Impacts of Hydraulic Fracturing

Le Bureau de l’Inspecteur Général de l’Agence américaine de Protection de l’Environnement (EPA) a publié le 16 juillet 2015 des recommandations et un plan d’actions pour une régulation renforcée des activités de fracturation hydraulique aux Etats-Unis.

Ce rapport préconise plus particulièrement des mesures sur la protection des ressources en eau et la transparence des additifs utilisés.

► http://www.epa.gov/oig/reports/2015/20150716-15-P-0204.pdf


" En matière de pétrole, plus rien ne sera jamais comme avant "

Tribune de Jean-Louis Schilansky, président du CHNC, publiée dans Les Echos le 2 juillet 2015
"Le développement des hydrocarbures non conventionnels est un fait massif, durable, dont il est urgent de prendre la mesure."

►Lire la tribune sur le site Internet des Echos


Les pétroles non conventionnels dans un contexte de prix dégradés

Mai 2015

Dans un contexte de prix nouveau – suite à une réduction de plus de 40% du prix du baril à l’automne 2014 –, cette note analyse la réaction des producteurs de pétrole de schiste américain.

Ce nouvel environnement contraint l’industrie américaine à adapter, d’une part ses capacités de production et, d’autre part sa compétitivité-prix. Ainsi, si on observe à court terme un maintien de la production. A plus long terme, le ralentissement de l’activité de forage mènera au déclin progressif de celle-ci.

Cette baisse de la capacité d’investissement, et donc de production, devrait avoir pour effet de faire repartir à la hausse le prix du baril. C’est là une révolution majeure. L’industrie américaine serait en passe de jouer le rôle de swing-producer (ou producteur d’équilibre) , notamment face au statu quo de l’OPEP qui maintient ses quotas de production inchangés malgré cette baisse des prix.

Enfin, les potentiels de gains de productivité sont nombreux. Ce qui permettra, à terme, d’augmenter l’adaptabilité et la résistance des opérateurs américains face à niveau de prix du baril encore incertain.

► Lire l'étude


Points de repères sur les typologies de ressources conventionnelles et non conventionnelles

Extrait de la revue L'Hydrocarbure n° 260, mars 2015 (IFP School / ENSPM Alumni Association)
Par Jean-Pierre Deflandre, Roland Vially et Jean-Claude Heidmann

L'objet de cet article est de dresser un rapide panorama typologique des ressources de pétrole et de gaz selon leur contexte géologique. Il s’intéresse tout d’abord à l’origine des hydrocarbures  puis à leur migration et piégeage éventuel dans le sous-sol, balayant ainsi le spectre des ressources dites à ce jour « conventionnelles » et « non conventionnelles ».

► Télécharger l'article (sous format PDF)

► Site Internet de l'IFP School


Expérimentation d'une nouvelle technique innovante de fracturation

Des chercheurs américains viennent d’expérimenter en laboratoire la fracturation d’une roche par une technique innovante en vue d’exploiter des hydrocarbures non conventionnels ou de l’énergie géothermique.
Le principe repose sur un produit (un polymère, le polyallylamine, en solution aqueuse) capable en formant un hydrogel de doubler de volume en présence de CO2. Ce nouveau type de fluide permet de réduire la quantité d'eau nécessaire à une fracturation classique. Le polymère utilisé est réutilisable ; peu toxique, il présente également des propriétés biocides et anti corrosives qui permettraient de limiter la quantité d'additifs normalement utilisés.

Pour en savoir plus :
• Bulletin électronique « L'extraction des gaz de schiste sur le point de passer au vert ? » (4 mai 2015)
• Chemical & Engineering News « Hydrogel Could Green Up Fracking » (vol.93, Issue 17, April 27, 2015)
• Green Chemistry 2015 « Stimuli-responsive: rheoreversible hydraulic fracturing fluids as a greener alternative to support geothermal and fossil energy production » (25 mars 2015)


Note de l’Ifri "La révolution des pétroles de schiste aux États-Unis. Le test du business model est en cours."

Note de l'Institut français des relations internationales par Sylvie Cornot-Gandolphe
Janvier 2015

Après la révolution des gaz de schiste, les États-Unis vivent depuis 2010 une deuxième révolution avec le développement très rapide des Light Tight Oil (LTO) ou pétroles de schiste. Ce développement a permis d’augmenter la production de pétrole et de liquides du pays, faisant des États-Unis le premier producteur au monde, devant l’Arabie Saoudite et la Russie.

► Lire l'étude


La Revue des Mines

« Extraits du dossier sur le gaz de schiste : où en est-on ? »

• Les hydrocarbures de roche-mère : de quoi s’agit-il ?
TÉLÉCHARGER LE PDF

• Gaz et pétrole de schiste : l’écart se creuse
TÉLÉCHARGER LE PDF


LE CHNC RÉPOND À VOS QUESTIONS

Si vous n’avez pas trouvé sur notre site les informations que vous cherchiez,
n’hésitez pas à nous contacter.

© 2015 - CHNC - Mentions légales

MENTIONS LÉGALES

Éditeur

Le site accessible à l'adresse http://www.chnc.fr est édité par :
le Centre hydrocarbures non conventionnels (Association, loi 1901)
Siège social : 23, rue Balzac, 75008 Paris
Tél : +33 (0)1 53 53 69 61

Directeur de la publication

Jean-Louis Schilansky, président du CHNC

Responsable de la publication

Audrey Quehen, directrice de la Communication du CHNC

Réalisation du site Internet

Studios Menthe&Chocolat

Hébergeur du site

monarobase.net

Accès au site

Le CHNC ne pourra être tenu responsable de quelque dommage que ce soit, direct ou indirect, résultant de l’accès à son site Internet ou, au contraire, de l’impossibilité d’y accéder.

Propriété intellectuelle

Tous les documents et les éléments diffusés sur le site http://www.chnc.fr sont la propriété du CHNC et/ou de ses auteurs et sont soumis aux lois régissant les droits de propriété intellectuelle en France et dans le monde. 
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle, seule est autorisée l'utilisation pour un usage privé. Toute autre utilisation est constitutive de contrefaçon et sanctionnée au titre de la Propriété Intellectuelle, sauf autorisation préalable du Centre hydrocarbures non conventionnels.

Lien vers d’autres sites Internet

Toute création par un tiers, de lien hypertexte en direction de l'une des pages du site http://www.chnc.fr nécessite l'accord préalable du CHNC.
Les utilisateurs sont informés que les sites extérieurs auxquels ils peuvent accéder par l'intermédiaire des liens hypertextes n'appartiennent pas au CHNC. Le CHNC décline toute responsabilité quant au contenu des informations fournies sur ces sites au titre de l'activation du lien.

Qualité des informations

Le CHNC apporte le plus grand soin à la publication d’informations factuelles de qualité sur le site. Elle ne peut toutefois pas garantir de manière absolue l’exhaustivité de ces informations.

Distribution d’un courriel

Le CHNC ne saurait être tenu pour responsable du retard, de la perte ou de la mauvaise distribution d’un courriel, ni de son envoi ou non à une adresse électronique erronée.

Informatique et libertés

Aucune information personnelle n'est collectée à l'insu des visiteurs du site. Aucune information personnelle n'est cédée à des tiers.
 Le respect des dispositions de la loi n° 78-17 du 6 Janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, est assurée par le correspondant Informatique et Libertés du CHNC.

Les utilisateurs du site disposent d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations qui les concernent auprès du CHNC.
Pour l'exercer, vous pouvez contacter le CHNC à l’adresse :
contact@chnc.fr
ou par courrier à l’adresse : CHNC - 23, rue Balzac - 75008 Paris.

Centre hydrocarbures non conventionnels

Direction de la Communication
23, rue Balzac,
 75008 Paris
contact@chnc.fr